Le monogramme. Ce symbole repris sur toutes les toiles des sacs de grandes marques des années 2000. Normalement, à sa simple évocation en 2015, toute parisienne qui se respecte devrait partir en courant en poussant des cries d’orfraie. SooooOOOO OLD.

Et pourtant. Il semble ressortir par la toute petite porte, pointe le bout de son nez, histoire de voir si quinze ans plus tard, tel un vieux beau, y a pas encore moyen de se repayer une jeunesse.

Le monogramme, chacun a le sien évidemment :

  • la fameuse toile Louis Vuitton avec le LV entremêlés, indémodable mais on l’avait largement remisée au placard même si elle est toujours là. Bon c’est vrai, on la croise surtout sous les bras des étrangères.
  • Dior et sa toile en tissu déclinée dans plusieurs couleurs. Autant elle n’a pas du tout été rééditée depuis des années, autant on en voit de plus en plus version années 80, sur des sites ou dans des boutiques où s’échange le vintage de la coolitude.
  • Fauré Le Page : une très jolie toile monogramme déclinée dans plusieurs couleurs qui joue tradition et intemporalité mise au goût du jour de manière très maitrisée.
  • Gucci, et leur double GG enlacé dans un ballet érotique, a été adoubé avec leur nouveau Dionysus (fallait le trouver ce nom là…) qu’on a vu aux différentes fashion weeks. Pour l’instant ce sont eux qui jouent les fou-fous parce que ce sont les premiers à refaire le pari du monogramme « tendance ».

Bref, ce n’est qu’un balbutiement le monogramme. Le tout début d’une tendance. La saison -1 ou -2. On ne part plus en courant, on redécouvre, on s’interroge, on se demande si on aime puis on attendra un peu. On en reparle dans quelques mois ?

Rendez-vous sur Hellocoton !