Ce qui est bien avec les nouvelles collections, c’est le renouvellement. Une nouvelle vie, une nouvelle air, un nouveau sac, un compte en banque à l’arrache.

Parfois, il ne s’agit que de faire peau neuve, et parfois tout est nouveau : la coupe, le design, l’inspiration.

Je ne m’étais pas rendu compte à quel point c’était vrai chez Jérome Dreyfuss. Jusqu’à l’année dernière, je m’étais pas mal endormi sur les différentes coupes qui étaient peut-être un peu trop rectangles pour moi (ou sinon, bon, il y a le Billy, on connait par coeur, et surtout la grande besace molle, c’est plus vraiment la tendance.)

Je suis rentrée l’autre jour dans la boutique du Palais Royal et j’ai rencontré la vendeuse la plus passionnée du monde. Elle m’a présenté la nouvelle collection et bizarrement, je me suis arrêtée sur la coupe qui ne payait pas de mine, la plus simple possible presque, la dénommée Paco.

Bon Paco, c’est pas Paco Rabanne hein (le prénom Paco est un dérivé du prénom François). C’est moins clinquant et beaucoup plus subtil le Paco Jérome Dreyfuss. Juste une histoire de proportions, vraiment parfaites.

Donc Paco, c’est un cabas mais en forme de trapèze, un peu rectangulaire. Il est assez grand mais pas trop grand. Il a deux petites anses pour l’attraper à la main, et deux grandes anses pour le mettre à l’épaule. Et il n’est surtout pas mou, il est trois quart rigide, entendez rigide mais pas complètement non plus.

J’ai l’impression que Paco, c’est le sac qu’on veut pour toute l’année, dans lequel on peut tout mettre et qui va avec tout. Il m’en faut qu’un, celui-là.

Et moi je l’aime particulièrement d’amour en chèvre kaki noirci.

Rendez-vous sur Hellocoton !